Les Grands Buffets

- NARBONNE -


Oyé! C'est l'heure de se régaler. Je sais pas si vous en aviez déjà entendu parlé, mais j'ai rencontré plusieurs personne qui me l'on vivement recommander. Rendez-vous pris 2-3 semaines à l'avance, en réservant sur leur site. Nous voilà parti à la découverte de ce restaurant à volonté : Les Grands Buffets de Narbonne.



Comment vous décrire ce lieu. Dans un premier temps, l'arrivée sur le parking est peu accueillant. On se demande si on est au bonne endroit et on ne s'attends pas à avoir à l'intérieur d'un édifice standard, cette enseigne si représentatif d'un savoir faire historique. Puis on entre dans le Restaurant, où là, on se sent dans un monde à part. Si vous venez pour la première fois, un hôte, vous fais visiter le Buffet, tellement il y a à voir. Entrées variées, buffets de crustacés, montagnes de Fromages avec plus de 111 variétés, Rôtisserie à la commande autour de plats de la gastronomie française, le tout dans un univers bucolique pour passer une bonne soirée.

Attention, il n'est pas le moment de pensée régime ou limite! Ici, tous est possible et c'est tant que vous le voulez mais surtout tant que vous pouvez!

On s'est régalé et c'est avec grand plaisir que j'y retournerai pour profiter encore plus de tous ces buffets qui m'ont fait baver.

Un petit aperçu, mais n'hésitez pas, je vous le recommande à mon tour les yeux fermés mais surtout la pence bien remplis.




Bonne Appétit!


Le lendemain, nous profitons d'une belle journée pour éliminer en se baladant dans Narbonne. Découverte de la ville en petit train et arrêt au bord du Canal de la Robine pour voir une architecture flottante. Puis fin de journée sur Narbonne Plage où l'on profite des derniers rayons de soleil de ces jours estivales.



Bonne fin de journée à tous,


- MC -



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Wedding Planner

- Elle lui a dit "Oui" - Ok, ça c'est fait. C'est dans ses moments que tu vois que tu vieillis. Et oui, après bébé 1 et 2, voici le temps du mariage a sonné. C'est sur avec la pandémie que nous vivons